Sam 15 Sep 2017

Interview de Steven Meyer par le quotidien Libération concernant l'interdiction d'utiliser Kaspersky Labs dans le gouvernement américain

...Eugène Kaspersky, a offert à plusieurs reprises aux autorités américaines de révéler le code source de ses logiciels afin de prouver qu’il n’y existe pas de portes dérobées.

Selon Steven Meyer, spécialiste en cybersécurité et directeur de l’entreprise de cyberprotection ZENData, cette offre de transparence ne vaut pas beaucoup : «Même s’il n’y a pas de portes dérobées pour l’instant, les antivirus se trouvent tellement proches du noyau du système qu’une simple mise à jour suffirait pour en créer une.»…

Cliquez ici pour lire l'article sur liberation.fr

Cliquez ici pour télécharger le pdf de l'article